#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

mardi 4 août 2009

Lumière à Cornemule

« A Cornemule, la nouvelle se répandit comme une traînée de poudre. Valentin Lescure l’avait-il à peine formulée à son adjoint, Barthélémy Grégoire, que la ferme la plus reculée savait qu’on allait "amener la lumière". L’émoi fut considérable. La lumière des bougies et des lampes à pétrole, maigres lueurs jaunâtres au milieu d’ombres épaisses, tout le monde savait ce que c’était et s’en contentait, mais l’autre, l’électrique, quels en étaient les effets et les conséquences ? Les gens se rassemblaient aux croisements des chemins, sur les places des hameaux et commentaient l’événement. La peur se lisait sur les visages. »
Extrait du livre

QUAND LA LUMIERE FAIT APPARAITRE LES SECRETS...


Voici un roman qui n’est certes pas récent mais que j’avais très envie de relire. L’histoire se passe au début du siècle dernier à l’heure où toute la modernité que nous connaissons de nos jours n’avait pas encore fait son apparition mais qui s’annonçait doucement.
Une modernité en particulier : L’électricité.

Nous sommes donc au début du vingtième siècle à Cornemule, un bourg de Corrèze animé par la campagne électorale de Monsieur le Maire. Ces habitants vivant à la flamme des bougies et des lampes à pétrole voient leur quotidien chamboulé lorsque Monsieur le maire décide de faire installer l’électricité au village. Les habitants voient là l’œuvre du diable. L’électricité, pensent-ils, va tuer les bêtes, rendre les hommes impuissants et provoquer tout un tas de maladies inconnues.

Mais, elle va aussi mettre à jour les petits secrets de certains. Ces petits secrets de nuit lorsque des messieurs rendent visite à une certaine dame esseulée, moyennant quelques sous à l’insu de leurs femmes légitimes bien entendu.
Et comme dans tous les villages, les commérages commencent à aller bon train. Avec l’électricité c’est « le jour à la place de la nuit. » Germaine, la mercière, « qui ne sortait de sa boutique que pour se rendre à la messe, prit-elle l’habitude de regarder la rue et de surveiller les allées et venues de ses voisins. L’impertinente lumière lui fit découvrir ce que personne n’aurait jamais dû savoir ! » Et commence ainsi la liste des maris infidèles et des hommes d’église encore moins fidèles.

...ET QUE LA REALITE SE MET A JOUR !


Dans le même temps, plusieurs victimes sont à déplorer et mises sur le compte de l’électricité : la mort d’une truie, de deux agneaux, une vache paralysée qu’il a fallut abattre…et jusqu’à Pierrinot électrocuté et presque mort après avoir saisi les fils qui passaient entre les arbres. S’en est trop pour les Cornemulois. La révolte se met en place avec en tête l’ancien maire, Maître Béranger mais aussi le fabricant de chandelles qui verrait son travail diminuer avec une telle arrivée. Les habitants s’allient à cette révolte voyant ce progrès d’un très mauvais œil. L’instituteur lui-même prend la parole sur un ton désapprobateur : « Mes amis, nous ne voulons pas de ce projet ridicule. L’électricité, c’est la mort dans nos campagnes car les fils qui seront tendus au-dessus de vos champs et de vos prés apporteront leur poison sur la terre qui vous fait vivre… »

Les candidats aux élections pour la mairie s’affrontent et c’est à celui qui aura plus d’arguments que l’autre pour s’attirer un maximum de voix. Deux clans se forment donc entre ceux qui veulent l’électricité et ceux qui n’en veulent pas.

Mais, reste la folie de Germaine qui dans tout ce chaos attend le bon moment pour afficher sa liste aux yeux de tous avec moult précision : noms, dates et heures des visites à une certaine dame. Et dont elle avait déjà eu « la patience d’attendre deux longs mois, de ne rien révéler de ses observations nocturnes pour livrer aux Cornemulois un scandale aussi complet que possible. »

Les gens ne voyaient plus en l’électricité que le côté négatif qu’elle provoquait tant ils en étaient persuadés ainsi que « le jeu de la calomnie et du déballage public. » L’installation de la centrale électrique, quant à elle, allait bon train et serait achevée avant les prochaines élections.


Ce roman fait apparaître comment avec quelques mots et une colère bien ancrée des personnes peuvent créer une véritable psychose ayant plus de force que les bonnes idées.
L’auteur nous emporte aux confins de la Corrèze, dans ce village qui se sent persécuté, avec humour et plaisir.

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Lumière à Cornemule
Auteur : Gilbert Bordès
Editions : Robert Laffont
ISBN 13 : 9782221098394
Prix : 19,70 euros

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.