#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

lundi 9 novembre 2009

Diables d'anges

« Claire se ronge les ongles : en dix jours, une voyante lui a prédit qu’elle aurait un bébé avec un autre homme que le sien, elle a rencontré un gynécologue fou qui a prétendu qu’ « on » la met régulièrement en pause cardiaque, elle a discuté avec le diable via ses pieds, a fait une chute dans l’escalier et a subi une intervention orthopédique et la voilà à moitié nue, dans son jardin en pleine nuit, inquiète d’avoir vexé une grenouille dont elle ne sait rien… »
Extrait du livre

UN BEBE OU PAS !


Ce roman commence avec en fond un air de gospel qui appelle à la lecture. On se sent soudain prisonnier des mots mais on s’y sent vraiment bien. On se laisse couler doucement dans les pages.

Claire est dans la salle d’attente du médecin. En patientant, elle échange quelques mots avec une dame âgée. Rien que de très banal. Sauf que… !
Le médecin ne comprend pas lorsque Claire lui parle de la vieille dame. Il est persuadé de n’avoir vu personne d’autre dans la salle d’attente, Claire étant sa dernière patiente. Pourtant elle n’en démord pas. Il y avait bien une vieille dame et elles avaient même fredonné un air de gospel ensemble.

Claire désespère d’enfanter un jour. Toutes ses tentatives n’aboutissent pas. Pas de bébé en vue. Elle désespère dans son ventre mais pas vraiment dans son cœur. « Non pas que les enfants l’indiffèrent, au contraire, mais elle était si occupée, si comblée, emplie déjà que bien que son ventre reste vide, sa vie, elle, était toujours rondes. […] Les bébés surtout la laissaient de marbre, tandis qu’elle rêvait déjà d’un profond échange avec son enfant à elle. » N’est-ce pas là une certaine contradiction ?

Elle est pourtant normalement constituée, son mari aussi d’ailleurs. Elle est une femme satisfaite également. Qu’est-ce qui pourrait bien clocher ? Est-elle assez adulte elle-même pour procréer ? « Elle avait échafaudé une hypothèse métaphysique selon laquelle elle n’était pas elle-même un être assez abouti pour qu’un enfant aussi inconscient, naïf ou téméraire soit-il, puisse prendre le risque de s’installer dans son ventre à elle. »

Son amie Céleste s’y met aussi à grands renforts d’arguments, lui suggérant une visite chez une voyante qu’elle a trouvée, et paraît-il, qui est géniale : « Je te dis qu’elle voit en toi et c’est super, ça va peut-être te faire avancer pour le bébé ! Ah, nous y voilà ! Elle a lâché le morceau : Le morveux. » 

CHACUN SON GRAIN DE SEL !


Mais pourquoi diable tout le monde souhaite y mettre son grain de sel comme si le monde tournait uniquement autour du ventre de Claire. Grand bien en fasse à Céleste, elle ira chez la voyante. Elle ne souhaite pas la contrarier, son ventre à elle est très rond et porte la vie, lui, ce n’est pas le moment de semer la zizanie.

En se rendant chez la voyante, Sibille, Claire aperçoit la vieille dame au loin. Mais qui est-elle ? Que fait-elle sur ce chemin ?
La visite se passe de manière plutôt étrange. Sibille lui demande si elle a rencontré la vieille dame, lui conseille de s’en méfier, de faire les bons choix lors de ses prochaines rencontres. Nous avons tous des choix à faire mais nous ne savons jamais à l’avance quels sont les bons ou les mauvais. Claire ressort dépitée, elle n’aurait pas épousé le bon père. Quelle idée saugrenue s’est emparée de l’esprit de la voyante !

Sur les conseils de Sibille, Claire enquête sur les circonstances de sa naissance. Circonstances pour le moins étonnantes. Ce que lui révèle le médecin qui l’a mise au monde est purement ahurissant, à la limite de la folie dont elle le soupçonne atteint : « Le monde est-il donc hanté que de malade ? […] Il a rêvé, un jour, un cauchemar et le lui avait servi aujourd’hui. »  Mais, tout comme la voyante, il lui conseille de faire attention à ses prochaines rencontres.
Dans quelles bizarreries évoluait-elle ? Mystère ! Claire n’en reste pas là, très déterminée, elle poursuit ses investigations.

Arrive Madeleine, la meilleure amie de Claire. Que cache-t-on à une meilleure amie ? Rien, normalement, pourtant Claire ne dit rien de ce qui la taraude. Mais, Madeleine n’est pas dupe.
Les deux femmes ont une personnalité opposée mais une entente parfaite. Quand on se connaît à ce point, on ne peut rien cacher à l’autre qui vous devine préoccupé. Nul besoin de mot. De toute façon, cet ami vous percera à force de vous sonder. Et Madeleine devine qu’il y a anguille sous roche : « Ca y est, elle a sorti griffes et canines acérées, elle dépiaute sa proie lambeau de Claire par lambeau de Claire. »  Celle-ci parle enfin de cette folie passagère dont a fait preuve le médecin. Etait-ce vraiment de la folie ?

LE DIABLE VEILLE !


Claire se surprend à répondre à une voix qui s’adresse à elle alors qu’elle est seule chez elle. Questions, réponses, hallucinations. On se rassure comme on peut. Claire se rassure : « Et voilà ! Les hallucinations la guettaient depuis qu’elle écoute de la techno à trop forte dose mais c’est arrivé, « les hallu » sonores attaquent : ses pieds lui parlent ! » Elle se ressaisit mais décidément rien ne va comme il faut et tout semble se liguer contre elle. Une mauvaise chute dans l’escalier, Belzébuth n’y serait peut-être pas étranger, allons savoir ! C’est à l’hôpital qu’elle se réveille.

De retour chez elle tout se passe bien jusqu’à un soir tranquille où c’est une grenouille, celle qui a élu domicile dans son jardin, qui se met à lui parler, « pestée et solidement campée sur ses deux pattes, devant Claire, elle la dévisage, un sourire de grenouille accroché haut, sur ses pommettes verdâtres. Répondrait-on à une grenouille ? »

Claire en a assez. Qu’a-t-on bien pu lui faire pour accumuler autant d’hallucinations ? Pourtant, elle n’est pas empreinte de folie, de cela elle est certaine et « elle n’a jamais aimé l’inconfort de l’obsession, ça n’apporte rien, ça nuit à la réflexion. » Mais alors quoi ?

Heureusement qu’Erik, son mari, est auprès d’elle à la soutenir envers et contre tout, sans jamais de jugement déplacé. L’amour, c’est cela, une merveille entre deux êtres qui se comprennent sans parfois prononcer le moindre mot et font de leurs vies une complémentarité sans se poser de questions inutiles, que « leurs regards se croisent, comme deux paumes qui se referment l’une sur l’autre, enfermant tendrement les années, les sentiments, l’amour et l’amitié qui les lient. »

Au fil des jours, rien ne s’améliore, bien au contraire, les incohérences assaillent Claire qui se demande sérieusement si elle n’est pas en train de plonger doucement dans la folie. On s’interrogerait pour bien moins que cela. Erik tente de la rassurer tant bien que mal : « Relax ! Ce n’est pas parce que tu as cru entendre qu’on s’adressait à toi à la radio, que tu as vu le chat te sourire et que tu es sûre que Dieu et Diable essaient de te récupérer que tu es folle. Tu es surmenée, c’est tout ! » Comme ils sont mignons nos hommes lorsqu’ils prennent pour un rien une situation rocambolesque. Comme ils sont adorables à tenter de nous rassurer, parfois bien maladroitement. On ne leur en veut pas, l’intention est là, c’est bien le principal.

Surmenée, oui, là aussi, on le serait à moins ! Claire patauge dans tout ce magma. Jusqu’où tout cela va-t-il la mener ? Est-ce que cela va s’arrêter un jour ? Ou bien est-elle condamnée à perpétuité à être partagé entre Dieu et Diable avec une grenouille vaillante pour compagnie, un chat souriant ou encore des pieds bavards ?

Un magnifique roman plein de suspense où les anges jouent à cache-cache, hésitant entre le bien et le mal, mais en tout cas sans violence.

Un roman adorable qui vous emporte sans jamais vous lâcher de la première à la dernière page.
Avec ce roman, c’est une très belle rencontre assurée qui vous hantera tant que vous ne l’aurez pas achevé.
Une jolie plume blanche et douce orne la couverture, apportant une note de douceur supplémentaire à l’ouvrage.
« Diables d’anges », mon coup de cœur de l’automne.

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Diables d’anges
Auteur : Claire Tournu
Editions : Yvelinedition
ISBN 13 : 9782846681261
Prix : 14,00 euros

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.