#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

jeudi 23 avril 2009

La grand-mère de Jade

« Mamoune, je croyais la connaître, mais je ne la voyais pas comme une femme. C'était juste ma grand-mère. C'est ridicule, je sais, mais en vivant avec elle je suis remplie de questions, de curiosités et même d'indiscrétions. C'est comme si j'avais sous la main un trésor et que je ne sache pas encore bien ce que je peux en faire ou comment l'ouvrir. Elle sait tant de choses que j'ignore. »
Extrait du livre

LA TENDRESSE AU PRESENT...

Si comme moi vous avez entretenu une relation fusionnelle avec votre grand-mère, alors dès les premières pages de ce roman, vos propres émotions vont remonter à la surface de votre cœur. Mais pas seulement, elles vont envahir votre conscient de tous les sentiments que peu à peu il avait mis de côté. Une phrase de ce roman, bien que dans un contexte différent, exprime parfaitement cette introduction : « Un grain de poussière avait suffi à réveiller le passé et le souvenir à peine convoqué reprenait une nouvelle existence, venait redonner au présent la part de ce qu’il était. » Non par l’histoire, mais par les sentiments qu’il dégage ce livre loin d’être un grain de poussière fait revivre vos souvenirs enfouit.

Lorsque Jade apprend de la bouche de son père par téléphone que ses tantes veulent mettre sa grand-mère, Mamoune, en maison de retraite médicalisée, Jade ne l’accepte pas. Elle quitte Paris dès le lendemain matin pour aller la chercher en Savoie où elle vit dans sa ferme, seule puisque veuve depuis trois ans. Jade au volant de sa voiture se pose des tonnes de questions, puis les chasse immédiatement. Elle doit ramener Mamoune avec elle, ce sera toujours mieux que la maison de retraite. Et puis, Mamoune n’aime pas ces établissements. Jade imaginait d’avance ce que Mamoune en dirait : « Ce qui m’ennuie dans ces maisons […] c’est qu’elles sont pleines de vieux. Moi aussi, bien sur, rajouterait-elle, je ne suis plus une jeunette, mais il me semble que vivre en mélangeant les générations ça ralentit. »

Jade charge la voiture des valises de Mamoune et toutes ses babioles et autres petits plaisirs, qu’elle lui avait proposé d’emporter. Elle ferme les volets et le portes pendant que Mamoune l’attend sur le petit banc du jardin. Puis, les voilà parties à l’insu des tantes et de toutes personnes connaissant Mamoune.

Sur la route, Jade jetait de temps en temps un coup d’œil sur sa grand-mère qui s’était assoupit. Elle avait quatre-vingt ans, difficile d’y croire « son âge s’était comme dissous dans l’amour qui émanait d’elle. »
Jade se faisait un souci constant pour sa grand-mère et Mamoune de son côté refusait l’idée de décevoir Jade de quelle que manière que ce soit.

Mamoune, malgré son âge avancé était une femme active, toujours à briquer quelque chose, ici ou là, à cuisiner ou encore repasser. Tout ce qu’elle pouvait faire pour Jade n’était pour elle que plaisir. Jade, quant à elle, était aux petits soins pour Mamoune, et surtout refusait qu’elle se fatigue à faire des extravagances inutiles, épuisantes ou dangereuses.

POUR UNE VALSE DANS LE TEMPS...

Mamoune lui parlait de sa vie, sa jeunesse d’un autre temps, de ses parents d’une culture différente de celle de nos jours. Jade découvrait dans ces récits des facettes qu’elle ne connaissait pas et qu’elle n’aurait pas non plus imaginé. Allant ainsi de découvertes en surprises sur le terrain de sa grand-mère. Tel un diamant que l’on découvre, puis explore et qui nous révèle diverses beautés suivant la manière qu’on aurait de l’observer, puis de découverte en découverte en fonction des différents éclairages utilisés, artificiels ou naturels, chaque éclat révélé reflète autrement chaque fois. Mamoune, c’était cela.

A elles deux, c’était la face et le profile, la droite et la gauche, le cœur et l’âme. La fusion de deux êtres qui s’aiment et que l’écart des années rapprochent plutôt que de les séparer. La fusion de deux êtres avec chacune sa tendresse à donner à l’autre pour les unir et les porter ensemble. Jade qui apprenait à vivre au rythme de sa grand-mère et « qui ne savait pas vivre autrement qu’en courant, s’était mise au pas de la tendresse » pour adapter sa vie à celle de Mamoune.

Mais les surprises ne s'arrêtent pas là, à cette vie devenue commune. Les multiples et petits bonheurs comme les grands emportent nos deux femmes aussi attachantes l'une que l'autre dans un joli tourbillon de plaisir. Chaque jour, elles se découvrent l'une l'autre, faisant de nous leurs témoins, « sans doute faut-il du temps pour qu'arrivent certains échanges. Et nous n'avons plus ce temps d'attendre dans nos vies d'aujourd'hui ».
Ce livre est un petit bonheur à lire sans retenue, « les romans comme les gens se doivent d'être aimables et séduisants. » Et ce roman est plus qu'aimable et séduisant.


L’auteur nous emporte dans une spirale d’émotions intenses. Les yeux picotent mais le cœur palpite, bercé par la tendresse au fil les pages.
La fin est vraiment inattendue et on souhaiterait presque que ce roman s’achève sur une note plus jolie reflétant la teneur du livre.
Une très belle histoire d’amour entre une jeune femme et sa grand-mère où chacune se compare immanquablement. Prenant possession de leur vie respective à travers les souvenirs dévoilés, partagés, offerts comme des présents.

Une multitude de belles phrases donne à réfléchir :

« Bonnes ou mauvaises, les conséquences de nos actes sont toujours des mystères. »
« On ne se projette jamais trop loin dans une réalité quand on aborde le début de la vieillesse. On se voit jeune tout le temps. »
« Au cas où le destin serait aussi fatigué que le hasard, choisissons la simplicité. »
« C’est quand l’âme se refuse le plaisir de vouloir encore, malgré le poids de l’âge, que tout s’en va en lambeaux. »
«  La lassitude de craindre fini par installer son fatalisme. »
«  Tant que le cœur se réveille et combat les outrages du temps, la vie est un trésor. »
«  Je sens que mon cœur fait plus de bruit que les respirations que je retiens. »

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : La grand-mère de Jade
Auteur : Frédérique Deghelt
Editions : Actes Sud
ISBN 13 : 9782742780396
Prix : 21,00 euros



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.