#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

jeudi 16 décembre 2010

La Gazette de la Lucarne

LA GAZETTE DE LA LUCARNE.

"Le livre est devenu un produit dans ce qu’on appelle majestueusement l’industrie du livre", mais pas à La Lucarne Des Ecrivains.

A l’origine de La Gazette de la Lucarne, une librairie pas comme les autres : La Lucarne des Ecrivains. Et à l’origine de cette librairie étonnante, les membres fondateurs et…Armel Louis, principal "tenancier" de la librairie.

Claude Duneton dit en Février 2008 : "Nous avons décidé de réagir, de ne pas nous laisser écraser sans rien dire par le rouleau compresseur de la grande diffusion du livre qui oblige les libraires à des rotations tellement folles que de plus en plus d’ouvrages de qualité demeurent dans des cartons sans jamais atteindre les rayonnages des librairies[…] En créant l’association La Lucarne Des Ecrivains, nous nous sommes cotisés pour permettre l’ouverture de la librairie […]Armel Louis y entretient des échanges permanents, sous la forme de soirées où les auteurs viennent présenter leurs nouveautés […] Dans un même élan, nous avons décidé de publier une petite gazette modeste dans sa forme mais qui peut grandir."

Pour en revenir à La Gazette de la Lucarne, c’est une découverte tout à fait fortuite et heureuse qui m’a été présentée par une connaissance. J’achète donc le numéro en cours, le 31, pour la modeste somme de 1,50€. Elle ressemble à un petit journal, façon photocop’.

Ce numéro 31, vous le commencez par une petite nouvelle intitulée  "Les papillons" d’Isabelle Buisson. Une jolie petite histoire d’enfance comme on les aime et qui soudain vous ramène dans vos propres souvenirs.

DES DECOUVERTES INTERESSANTES…

Nous poursuivons notre lecture-découverte avec "Trois femmes, trois romancières, trois visions du monde qui s’expriment." La dernière question qui leur est posée est une question tranchante pour un auteur : "Quand vous arrêterez-vous d’écrire ?" En tant qu’auteur, je me retrouve dans les réponses de ces trois femmes.

Dominique Barbéris nous dit : "C’est une question que je n’aime pas me poser."

Marie Sizun répond tout d’abord que c’est une question perfide puis s’exprime : "Je n’écrirais plus quand je serai si vieille que cela aura cessé de m’amuser…"

Agnès Olive, quant à elle, nous dit simplement : "Impossible d’arrêter d’écrire, c’est vital […] Je ne sais pas comment est la vie sans l’écriture !" Et il est évident que tout auteur passionné tiendra le même type de réponse avec d’autres mots.

Nous découvrons ensuite un article très bien réalisé sur le poète portugais Mario De Sa-Carneiro, qui s’est suicidé au matin du 26 avril 1916, à l’âge de vingt-six ans. Quelques références littéraires nous sont proposées afin d’en apprendre un peu plus sur ce poète parti trop tôt, trop jeune.

Puis, nous découvrons le programme des "Soirées de la Lucarne" : spectacles, vernissages, poésies, expositions…
Tout y est pour le mois en cours.

DE JOLIS TEXTES…

 Après cela, nous pouvons lire un très joli texte intitulé "Jours de l’ange" de Pierre-Marc Levergeois : "Sans relâche, sur leur tabouret, les anges étudient la voûte du ciel avec les astrolabes, les théodolites, les azimuts, les routes des saisons. […] Ils ont conscience qu’il est une planète échevelée, entourée d’eau, défendant avec force ses fragiles surfaces, ses moindres états d’âmes…" (Extrait de "Jours de l’ange")

L’agenda qui suit cette lecture bien sympathique nous propose quelques publications récentes à commencer par le fameux "Dictionnaire des injures littéraires" de Pierre Chalmin, "Ligne d’erre" de Daniel Flamant, "D’ailleurs le désir" de Jacques Lacomblez ou encore "Comment se débarrasser d’un ado d’appartement" d’Anne de Rancourt qui vient à la librairie pour présenter son livre aux lecteurs qui auront fait le déplacement jusqu’à la Lucarne Des Ecrivains.

En continuant notre lecture, nous sont offertes des poésies de Julie Legrand : "Un marché de saison" et "Chant des Hommes intègres". Sur la page "M’éditons, M’éditons…", on nous parle de sujets un peu plus sérieux. Non, que la littérature ne le soit pas, bien au contraire, mais on nous propose des articles d’un autre registre, bien qu’ils demeurent "littéraires" : "Chaque mois, Paul Desalmand vous fait découvrir un point particulier concernant l’édition."

Et avant de terminer sur un bel article concernant Proust, histoire de conserver un peu d’humour, il nous est présenté des petites devinettes : "Quel est le comble pour une sirène ?" ou encore "Quel est le comble pour un toréador ?" Bien sûr, je ne vous dévoilerais pas ici les réponses, ce ne serait pas drôle. Pour les connaitre, il vous faudra acquérir le numéro 31 de "La Gazette de la Lucarne".

LIRE, S’ABONNER, SE RENDRE A LA LUCARNE DES ECRIVAINS…

Il va sans dire que vous avez la possibilité de vous abonner pour ne manquer aucun numéro de cette très charmante gazette, grâce au coupon d’abonnement présent à la fin du petit journal.

Le site internet de la Lucarne est également à découvrir. Il est certes extrêmement sobre mais très intéressant. Pour ceux qui le souhaitent et qui aiment partager leurs écrits, ils peuvent transmettre leurs textes, poèmes, nouvelles…pour une éventuelle parution dans les colonnes de la gazette.

Et pour les curieux, passionné, découvreurs de nouveautés…vous trouverez la librairie au 115 rue de l’Ourcq, 75019 Paris (Métro Crimée, ligne 7). Elle est ouverte le lundi de 14h à 19h ainsi que tous les autres jours de 10h30 à 19h sauf le dimanche.
L’adresse du site : http://lalucarnedesecrivains.free.fr

Et n’oubliez pas que : "La Lucarne des Ecrivains vous ouvre ses portes et vous propose des soirées littéraires pour mettre en lumière et découvrir des auteurs et des éditeurs rares."

Tout est dit !


Marie BARRILLON
13/12/2010
(Pour 1001 livres magazine)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.