#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

mercredi 9 juin 2010

Télé-vénalité

"Auparavant, pour résoudre la plupart des tracas du quotidien, il suffisait d’aller consulter sa bonne grand-mère afin de connaître son "truc" pour en venir à bout. Aujourd’hui, Mamy est bien trop occupée à surfer dans les rouleaux biarrots avec ses potes retraités pour répondre à notre détresse. Si bien qu’on a plus qu’à surfer à notre tour, sur le net cette fois-ci, pour tenter de dompter les doutes qui nous assaillent. Pire, on peut se contenter de s’avachir devant le petit écran qui s’est considérablement "enrichi" de moult émissions de téléréalité censées nous apprendre comment élever notre progéniture ou tout autre mammifère quadrupède, quoi mettre dans nos assiettes…"
Extrait du livre

LE CHANGEMENT…

La lecture de "télé-vénalité" commence par un prologue assez amusant où nous retrouvons le ton assez décapant de l’auteur.

Christine Poirier décide du jour au lendemain de changer littéralement de profession et même pratiquement de vie. Elle est posée et pourtant dans sa tête un déclic se fait. Elle est "une jeune quadragénaire encore pleine de fougue et d’illusions" et pourtant : "J’étais prête et disposée à offrir mon aide précieuse aux pauvres hères en quête d’équilibre".

Branle bas de combat, local commercial loué, formalités administratives effectuées et voilà Christine Poirier prête à affronter son nouveau job. Un nouveau challenge ? Peut-être bien ! Après tout, il n’est pas donné à tout le monde d’avoir le courage de prendre autant de risques la quarantaine abordée : "Un revirement si radical à mon âge représentait un risque non négligeable et il m’était impossible de ne pas cogiter sur le bien fondé de ma décision."

La première cliente à demander de l’aide à Christine est une femme d’une soixantaine d’années qui ne sait pas dire non et se voit continuellement envahit par toutes sortes de démarcheurs et de leurs objets en tous genres. Comment faire dire non à cette femme pour qu’elle ne se fasse plus déposséder de son argent contre des produits sans aucune utilité pour elle.  Le travail ne sera pas évident pour Christine qui y mettra du punch. Et il le sera encore moins pour cette femme trop naïve.

COURAGE ET PERSEVERANCE…

Très vite l’affluence se fait sentir, en particulier les femmes, envahit de mal être. Christine traite toutes les demandes dans l’espoir de pouvoir choisir un jour les cas qui se présenteront. Et ce, après avoir acquis une certaine et bonne réputation. Elle va donc de l’avant sans imaginer un instant ce que lui réserve cet avenir proche qu’elle aborde courageusement.

Les choses se corsent pour notre Christine Coach lorsqu’une femme, quadragénaire, vient lui demander de l’aide pour reconquérir son cher mari qui se désintéresse d’elle de manière on ne peut plus évidente. Christine traverse un petit moment de panique : "Aïe ! Que savais-je donc de cette espèce là ? Les seuls mammifères avec lesquels je partageais mon quotidien étaient les quelques générations de Cochon d’Inde que j’élevais depuis un certain temps."

Evidemment, vu sous cet angle, il est bien difficile d’apporter de l’aide à quelqu’un. Les hommes, à eux seuls, sont d’un compliqué ! Etre capable de les comprendre n’est pas forcément chose aisée. D’ailleurs, Christine ne s’en cache pas et reconnaît : "Mais les maris… J’ignorais tout de leur fonctionnement, ni même de leur intérêt d’ailleurs !" Mais, en coach acharnée, Christine relève le défi et parvient à apporter l’aide nécessaire et recherchée par la cliente.

COACHING TELEVISE…

Toutes sortes de personnes forment la clientèle de Christine Poirier. Des boulimiques aux anorexiques, des alcooliques aux drogués, des accrocs au sexe à ceux perdus dans leur quotidien… Tous frappent à sa porte. Le bouche à oreille se veut efficace, parfois et c’est ici le cas. Il l’est tant, qu’un jour notre coach reçoit un appel téléphonique pas du tout comme les autres. On lui propose "de faire des essais dans le but d’animer une émission télévisée basée sur le concept du coaching".

Tout d’abord abasourdie, elle croit à une vilaine plaisanterie mais réalise rapidement que l’appel est loin d’en être une. Rendez-vous est pris pour le casting. Celui-ci se passe merveilleusement bien. Mis à part quelques changements pour Christine : "Sur le fond, je n’avais qu’à me contenter d’exercer ma profession, les seuls changements étaient la présence des caméras et le fait que je ne sois plus en mesure de choisir mes clients, imposés par la direction. Le salaire mirobolant acheva de me convaincre et décida d’accepter."

Après avoir changé d’orientation professionnelle et réussi dans le coaching, voilà qu’elle passe un nouveau cap : Animatrice en coaching télévisé pourrait-on presque dire. Mais ce chemin inconnu va-t-il lui convenir ? Car en acceptant, elle s’est volontairement mise dans les mains d’une direction de chaîne télévisée qui ne lui laissera pas grande liberté d’action.

Rapidement, le désenchantement s’impose. Elle se trouve confrontée au manque d’humanité de cette direction (espérons qu’elles ne soient pas toutes comme celle-ci) plus attachée à son audimat qu’aux cas qu’elle souhaite mettre en avant. Christine n’est pas du tout d’accord et ne se gène pas pour le dire, ce qui lui vaudra une semi-liberté : "Tu n’es qu’un immonde salaud ! Tu te moques éperdument de la souffrance de cette pauvre femme, tout ce qui t’intéresse, c’est le score d’audience […] Il y a des choses qui doivent se faire dans la confidentialité, on ne peut pas tout montrer. Je sais que les gens sont attirés par le morbide mais je ne fonctionne pas comme ça."

QUAND LA COLERE MONTE…

Le ton est donné, Christine ne se laisse pas marcher sur les pieds, tape du poing à grand renfort de colère, ce qui fait céder la direction. Mais, jusqu’où cette dernière accepter-t-elle les conditions que demande Christine ? Parce que si la chaîne ne fait pas dans le sentimentalisme, Christine, elle, est avant tout une femme qui a du caractère mais aussi un cœur et ne tient pas à abuser de la détresse des gens qu’elle est censée aider.

Notre personnage est confronté à la dure réalité de la télé-réalité, justement, d’où le titre évocateur "Télé-vénalité", qui annonce rien que par ce titre toutes les bassesses dont sont capables certains pour augmenter leur audimat et parvenir par ces actes au sommet.

Mais, elle est également confrontée à la dérive d’un fanatique : "Je suis le parfait exemple de l’extrême dérive de la télévision, du pouvoir infini des images sur des esprits perturbés ou malléables". Christine en réchappera-t-elle ? S’en relèvera-t-elle ?

Une fin totalement inattendue pour cet ouvrage. Une fin impossible à imaginer tant qu’on n’est pas parvenu aux dernières pages mais qui se révèle cohérente et logique avec l’histoire dans son intégralité. La télévision n’a pas que du bon divertissement. Certains programmes peuvent aboutir à des dérives chez des personnes à l’esprit dérangé ou les enfants non encore enclin à une conscience mature.

La plume de Vanessa MATTIN saura vous captiver, tant par l’histoire en elle-même que par le verbe et l’humour dont elle fait preuve.
Ne passez pas à côté de cet auteur qui, à mon sens, vaut le détour !
Un prix sans excès pour ce roman captivant
Mon coup de cœur.

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Télé-vénalité
Auteur : Vanessa Mattin
Editions : Paulo-Ramand
ISBN 13 : 9782754300643
Prix : 15,00 euros



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.