#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

jeudi 25 décembre 2008

Le rédempteur de la Têt, Laurent Boyet

Etre policier, c’est justement aller de l’autre côté du miroir trop bien poli, pour découvrir la mauvaise face des gens. Rien ne nous échappe jamais. A force de fouiller, de chercher et de chercher encore, on finit toujours par trouver. Pas forcément ce qu’on cherche. Mais, on trouve.
Extrait du livre

LIEUTENANT LAYETTE…

Bruno Layette, un nom qui peut prêter à rire, il le sait et le reconnaît avec humour. « Je sais cela ne s’invente pas ! Cela fait 35 ans qu’on me demande si je mets encore des couches, ou si je mange avec un bavoir. A force on s’habitue. »

Bruno Layette est flic. Lieutenant de police précisément, ce qui équivaut anciennement à Inspecteur. Cela paraît moins flatteur mais le travail est le même.
Est-ce par vocation qu’il a choisi ce métier ? Il n’en n’est pas certain. Dans son esprit, la police c’était ce qu’il en voyait dans les séries policières lorsqu’il était plus jeune et encore chez ses parents. Moulin et sa moto. Maigret et son chapeau, sa pipe. Navarro et ses mulets. Ah, Navarro !

Toujours est-il que Bruno est lieutenant de police à Perpignan. Ce n’est pas que ce soit navrant mais ça ne remue pas beaucoup. Et Bruno aimerait bien que ça bouge un peu. « On se retrouve à Perpignan, à chasser plus souvent l’ennui que les grands délinquants. »

Entre eux, les collègues parlent de tout et de rien, ça occupe. Ils discutent des matchs de rugby passés ou à venir. Parce que Perpignan, c’est bien l’endroit où on ne peut éviter le rugby.
Puis, ils parlent des filles. Celles qu’ils ont ou n’ont pas, celles qu’ils aimeraient avoir ou pas du tout. Le boulot, ils en discutent un peu mais il n’y a pas grand-chose à en dire, alors ce sujet là passe vite. C’est calme. Le soleil, la mer…

Lorsqu’un appel les alerte, c’est la détente et l’ennui qui prennent fin. Prendre l’air, bouger, mener l’enquête, même une toute petite, ils sont preneurs.

Bruno est appelé avec ses collègues sur le lieu d’un accident, non loin de la Têt, une rivière caillouteuse qui vient des montagnes. Elle peut être capricieuse après des chutes de neige et des pluies trop importantes. Les crues la font monter jusqu’aux berges pour parfois même passer au dessus des traverses. « Il y a les pompiers qui courent dans tous les sens. Il y a les coups de klaxon des gens imbéciles qui sont toujours pressés, même devant la mort. Il y a les badauds, de l’autre côté de la rambarde, qui prennent des photos avec leur téléphone portable. »
Mais, les riverains ont aperçu un corps emballé dans un sac plastique et flottant sur la Têt. Et cela n’a visiblement rien à voir avec l’accident. D’un seul coup, la vie de Bruno et ses collègues va s’animer.

FINALEMENT, N’EST-CE PAS MIEUX LORSQUE PERPIGNAN EST AU CALME ?


Un accident, un corps flottant sur la Têt, du sang, des morts ! Ca on ne l’apprend pas à l’école de police. « C’est cru. Mais, c’est la réalité, notre vrai travail et on le prend en pleine gueule. Alors tant bien que mal, on se forge un caractère. »

Une jeune femme de la PJ, le gardien Caroline Payet, doit travailler en équipe avec Bruno sur ce crime. Mais Bruno est plein de préjugés sur les femmes en général mais dans la police en particulier : « Les femmes dans la police ? Je suis pas contre. Le problème, c’est que ça fini toujours par une histoire de cul et, ça fout la mauvaise ambiance. »
Alors Bruno est largement sceptique sur cette association avec le gardien Payet et n’est pas du tout enclin à l’amabilité. Un minimum sera bien suffisant, pense-t-il !

L’enquête débute : photos, relevé d’indices, autopsie… « La police est un monde de voyeurs. Il faut toujours qu’on prenne tout en photo : les scènes de crime, les suspects, les voitures brûlées, les stupéfiants découverts, les autopsies. Tout. »
Pas le temps pour l’apéro… Là, on ne rigole pas, c’est du sérieux. « Quand on commence une enquête, c’est un peu comme si on se retrouvait devant un puzzle défait. »

Au fil de l’enquête et de la découverte des indices, le tueur s’adresse à Bruno par des petits mots retrouvés sur les victimes : « Bien vu Lieutenant. J’avais raison de vous faire confiance… ». Mais, pourquoi ? Bruno aimerait bien comprendre les raisons qui poussent le tueur à s’adresser à lui en particulier par ces messages de très mauvais goût.

Comme si l’enquête n’était pas suffisante en elle-même pour accaparer son esprit, Caroline s’impose ! Elle fait preuve de beaucoup de logique et de réflexion. Ses intuitions agacent le Lieutenant Layette mais en même temps, il est bien obligé de reconnaître qu’elle possède  certaines qualités et des atouts évidents. Caroline fait bien son travail, il en convient sans grand plaisir.

Tout se complique lorsqu’un second corps est découvert et que les premiers indices correspondent avec le premier crime. Le légiste le confirme : « Et, si on y regarde de plus près, je suis au regret de vous dire que celui, ou celle qui a grossièrement cousu les lèvres entre elles avec ce fil est le même que celui qui a cousu les yeux de notre noyé. »

MAIS A QUEL JEU JOUE LE TUEUR ?


Bruno sait très bien ce que cela veut dire. Un second crime, un seul tueur. Et peut-être même d’autres crimes à venir.
L’enquête avance à petits pas tendus. Les interrogations sur ces meurtres au fil des indices n’ont pas de réponse et les interrogatoires s’accumulent.
Puis, il y a Caroline et ses intuitions certes assez bonnes en général mais qui l’agacent. D’ailleurs, il n’y a pas que cela qui l’agace chez elle. Elle est belle, sûre d’elle, elle a de la réflexion, de la finesse. C’est trop pour Bruno mais il faut faire avec, il n’a pas le choix.

Aller prendre un verre avec sa collègue leur permettrait de se changer les idées, prendre l’air et revenir sur l’enquête avec l’esprit plus frais, plus disponible à de nouvelles évidences, d’autres intuitions et peut-être même faire apparaître des détails qu’ils n’avaient pas jugés importants à un autre moment.

Bruno lance l’idée malgré ses préjugés. Un verre et rien de plus. Un verre ce n’est rien. Ils ne sont que coéquipiers sur cette affaire et rien d’autre. Enfin…rien de plus…ils le croient, l’un comme l’autre.

Un verre, des confidences mutuelles, une bise sur la joue, puis ils rentrent chacun de leur côté. Bruno tente de se persuader que ce verre, n’était qu’un verre. Caroline, elle, voit bien au-delà dans l’ambiance tamisée du pub.
Le lendemain, le sérieux reprend ses droits. L’enquête devient de plus en plus difficile pour Bruno. Le tueur est bien déterminé à jouer avec les nerfs du Lieutenant sans rien lui épargner.

Une troisième victime et toujours un message à son intention : Bruno commence à se sentir de plus en plus mal à l’aise dans cette affaire. « Non, ce n’est pas difficile, c’est… insupportable. Insoutenable. Je n’en peux plus. Si vous saviez comme je n’en peux plus. Je passe mon temps à chercher dans le moindre recoin de mon esprit. Et j’en ai des recoins… Je cherche un signe, un repère. N’importe quoi. Mais, il a tellement d’avance sur moi. »

Il a de plus en plus de mal à se concentrer et son esprit qui tourne autour de Caroline au lieu de rester sur les meurtres à élucider. Heureusement Caroline est une vraie pro et ne se laisse pas tourmenter : « Du sacré bon travail. Du vrai boulot de flic. Mais ça m’en coûterait de lui dire. J’ai du mal avec les compliments. C’est comme si plus rien de bon ne pouvait, ne voulait sortir de ma bouche. »

Les questions tentent de se frayer un chemin dans son esprit pour comprendre pourquoi le tueur s’acharne sur lui, jusqu’à entrer dans sa vie privée pour l’atteindre.

Texte simple et facile à lire pour tous les amoureux de roman policier.
L’intrigue est présente tout au long des pages et donne au lecteur le désir d’en savoir plus.
Une histoire bien montée où la chute est tout à fait inattendue.
En deux mots, un polar plein de suspense qui maintient le lecteur en haleine jusqu’aux dernières pages.

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Le rédempteur de la Têt
Auteur : Laurent Boyet
Editions : Cap Béar éditions
ISBN 13 : 9782350660493
Prix : 9,00 euros

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.