#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

mardi 12 mai 2015

Belleville Shanghai Express

« Il y eut un bruit sec. L’autre type avait déplié une matraque télescopique et il dansait lentement sur ses jambes. Au volant du 4x4, Yan eut un petit rire et alluma les phares. Dans le faisceau, deux silhouettes se faisaient face, la troisième remuait sur le sol en vociférant. […] La tige d’acier siffla sous le nez de Vincent, il recula, tenta un coup de pied, le sifflement redoubla et la douleur éclata sur sa cuisse. Il s’effondra. Derrière le pare-brise, Yan actionnait les pleins phares, volume de la sono à fond. La Chevauchée des Walkyries résonna dans toute la rue, vacarme infernal rebondissant sur les façades. Le premier sbire regarda dans les phares et leva sa matraque. Un long hurlement couvrit un instant la musique. » Extrait du livre
Après une (longue) absence, nous retrouvons Philippe LAFITTE sans la moindre déception avec cet ouvrage. Pour rappel, dans « Étranger au paradis » (chronique, ici) nous avions découvert un livre qui « se lit vite tant nous sommes pris entre le désir de comprendre le sens et celui de simplement en découvrir la suite. » Puis, dans « Vies d’Andy », nous trouvions que « L’idée même de ce roman est pour le moins osée, mais tellement réussie qu’on se laisse happer volontiers pour vivre un véritable plaisir de lecture. » (chronique, ici)
Avec « Belleville Shanghai Express », l’auteur nous plonge au cœur de Belleville et plus particulièrement du quartier chinois. Belleville, un quartier parisien hétéroclite et populaire qui se trouve réparti sur quatre arrondissements. D’ailleurs ce quartier a souvent été à l’honneur dans les œuvres, et pas seulement littéraires. Romain Gray et Daniel Pennac s’en emparèrent. D’autres y vécurent comme Georges Perec, Maurice Chevalier, Édith Piaf, ces deux derniers y sont même nés. Eddy Mitchell mit également Belleville à l’honneur dans certaines de ses chansons.  
Au cours de l’histoire, nous échouons à Shanghai en suivant Line pour revenir à Belleville, en passant par la porte de la Chapelle et Aubervilliers. Dans ce roman, nous découvrons deux destins qui n’auraient pas dû se croiser. La rencontre sera volcanique et torrentueuse, violente aussi, mettant à jour des secrets de familles enfouis, mais pas assez recouverts par les années.  
Mafia, trafic et manigances 
Vincent, le métis et Line « la beauté comme une force dans un monde d’images » sont les deux personnages de ces destins où l’amour mettra son grain de sel pour chercher à unir ces deux jeunes qui ignorent tout du passé de leurs « anciens » respectifs. Vincent veut savoir même si « Trop de visages le renvoyaient à trop d’interrogations personnelles », et bien qu’« il n’avait pas la tête à se pencher sur les fragments de la vie des autres », il mène son enquête malgré la dangerosité des adversaires ancrés dans la mafia chinoise qui se trouvent sur son chemin. Malgré les douleurs que cela va éveiller au sein même de ses seules proches, sa mère Marie-Paule et sa grand-mère Dao, il doit faire face aux menaces. 
Dans le même temps, Line disparaît. Elle part à Shanghai pour un stage où elle se retrouvera finalement prisonnière d’une tourmente qu’elle n’imaginait pas. Elle en reviendra blessée, mais sans avoir perdu les sentiments qui l’animent pour Vincent. Et cet amour, d’un côté comme de l’autre, n’est pas accepté. Vincent est ce que du côté de Line, ils appellent une « banane », un père vietnamien et une mère française.  
Quant au père de Line, il est le plus puissant homme d’affaires du tout Belleville avec « ce ton péremptoire, comme si tout devait plier sous ses certitudes ». Personne n’ignore qui est Monsieur Li ! Et beaucoup le craignent ! À la croisée de leurs destins, Vincent et Line vont découvrir mensonges, trafic et manigances, mais aussi l’amour et c’est lui qui va les porter jusqu’à la vérité, vers la sérénité.
 
Puis, la disparition de Dao sera un ébranlement de plus : « Line et Vincent fermaient la marche vers la sortie du cimetière. Main dans la main, ils avançaient lentement, essayant d’apprécier ce moment étrange et fragile, fait de tension et de soulagement, d’adieu définitif et de nouveau départ. » 
Philippe LAFITTE nous offre un très beau thriller, bien monté, bien ficelé, prenant à souhait, avec cette plume adroite qu’on lui connaît à laquelle il ne déroge pas et qui ne laissera pas les lecteurs indifférents. Une aventure entrainante qui empoigne le lecteur pour l’emmener au cœur d’une histoire de famille où il n’est pas bon de remuer les souvenirs, mais tellement nécessaire pour découvrir la vérité et pouvoir chevaucher l’avenir plus tranquillement. 
Belleville Shanghai Express : un roman/thriller à lire absolument ! 
Quelques phrases relevées au cours de ma lecture : 
« Aujourd’hui dans les affaires, il n’y a pas de puissance sans connaissance. »
« Elle poursuivait son monologue, comme si évoquer des solutions possibles suffisait à les faire advenir. »
« La vie comme une perpétuelle justification, une série d’excuses involontaires. Une succession d’alibis et de bordereaux administratifs. »
« Elle avait retenu ce regard dur et chaviré à la fois, ces accès d’ironie voilés d’une ombre mélancolique. Comme si quelque chose lui manquait. »
« Il faut construire des fondations solides aujourd’hui pour mieux s’élever demain. »
« On ne construit rien avec des souvenirs. Ni avec des regrets. » 
Pour terminer, l’hommage que rend l’auteur à la fin de l’ouvrage m’a particulièrement touchée, suffisamment en tout cas pour que je le cite ici : « Parce que la naissance d’un roman est affaire de désirs, d’incertitudes, mais aussi de rencontres, je tiens à rendre un hommage amical à celles et ceux que j’ai croisés à cette occasion et qui, par leurs paroles et leurs échos à mes interrogations, ont permis d’éclairer mon chemin d’écriture. » 
Marie BARRILLON


Lire aussi ici, l'entretien que Philippe LAFITTE m'avait accordé en Septembre 2009 
Informations sur le livre :
Titre : Belleville Shanghai Express
Auteur : Philippe LAFITTE
Éditeur : Grasset
ISBN : 9782246857150
Prix : 18 €