#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

lundi 20 avril 2015

L'instant présent

L'instant présent, Guillaume Musso, XO Editions
« Chaque fois, j’ai du mal à me mettre à sa place. Je sais pourtant que je dois lui laisser le temps d’encaisser le choc, mais nos perceptions sont condamnées à ne jamais être synchrones : alors qu’elle ne m’a plus vu depuis plus d’un an, j’ai l’impression de ne l’avoir quittée que depuis quelques heures… car je suis l’homme qui disparaît. L’homme sans avenir. L’homme en pointillé. Celui qui a faim de vie, mais qui ne peut pas faire de promesses. Celui qui doit vivre vite. Qui doit donner à chaque journée l’intensité d’une montagne russe. Celui qui doit étirer le temps pour multiplier le bouquet de souvenirs qu’il laissera derrière lui en partant. Je suis l’homme qui disparaît, mais qui se souvient de tout. Comme les autres, cette journée est passée en un éclair. Dans la douleur, dans l’urgence, dans l’anticipation du manque qu’elle nous laisse à tous les deux. » Extrait du livre

Notre ennemi le temps

Nous sommes tous, à un moment donné, confrontés au manque de temps, car « Le Temps est un joueur avide qui gagne à tout coup ! C’est la loi (Baudelaire) ». Il court parfois si vite que nous ne parvenons pas à accomplir ce que nous devons dans des délais que nous estimons réalisables. Nous n’y pouvons rien, et il nous est rarement possible de le rattraper, car « On ne peut pas déjouer le destin. On ne peut pas réparer l'irréparable. On ne peut pas revenir en arrière ».

Dans « L’instant présent », Arthur, alors jeune médecin, se retrouve aux prises avec le temps. Dépassé, il doit affronter les pièges que ce dernier lui impose sans aucune possibilité de s’en détourner. Nous nous réveillons chaque fois avec lui au cœur de New York, tout y est, le nom des rues, l’ambiance générale, la description des lieux…

Échoué au cœur d’une malédiction à laquelle fut confronté son grand-père avant lui, il est condamné à ne vivre que vingt-quatre heures par an pendant… vingt-quatre ans. Autant dire, presque rien ! Toutefois, il veut vivre le maximum durant chaque vingt-quatre heures même si « l’existence se résumait à un combat perdu d’avance contre les méandres du temps ». Chaque retour ne se fait pas toujours sans douleur : « J’avais beau m’y attendre, chaque fois le choc était dur à encaisser : ouvrir les yeux et se prendre un an dans la gueule en un claquement de doigts ». Le reste du temps, il est dans le néant dont il ne se souvient de rien.

La malédiction

Il doit vivre vite, mais vivre au mieux avec toutes les difficultés que cela comporte ou engendre. Ses proches n’ont d’autres choix que de « s’adapter » à la situation. Sa femme Lisa, ses enfants sont au diapason de ces retours surprises et inattendus parce que rien ne laisse présager du jour où cela doit arriver. Il revient toujours, mais « l’homme qui disparaît. L’homme sans avenir. L’homme en pointillé ». Entre Lisa et Arthur, c’est une folle histoire d’amour qui se joue comme le destin, en pointillé avec tout ce qu’il y a de tragique, de douloureux, de déchirant aussi. Ils vont tenter de résister à l’obstacle de cette vie pas comme les autres.
Lors de chaque retour, Arthur lit le journal pour découvrir la date, puis les titres. Il découvre les actualités qu’il ne peut vivre : les événements, les films et les tubes musicaux du moment, le passage à Internet et à l’hyper-connexion : « À chacun de mes retours, je continuais d'observer les mutations du monde. L'Internet envahissait tout, cannibalisait tout : la musique, les livres, le cinéma. Les gens vivaient avec un téléphone portable greffé à la main, qu'ils consultaient d'un regard distrait toutes les trois minutes. IPhone, Facebook, Google, Amazon... Tout devenait virtuel, numérique ».
« L’instant présent » est ficelé par une intrigue originale, voire invraisemblable, et en tout cas agréable. Toutefois, la fin est très surprenante loin d’être taillée dans l’évidence, ce qui pourrait en décevoir certains.  Néanmoins, tout au long de l’ouvrage une kyrielle de sensations vont s’animer, les émotions ne manqueront pas entre amour et humour, suspense et surnaturel, rebondissement et oppression.
Un bon moment en perspective pour les adeptes de MUSSO and Co !
Informations sur le livre :
Titre : L’instant présent
Auteur : Guillaume MUSSO
Editions : XO Editions
ISBN : 9782845637795
Prix : 21,90 €


3 commentaires:

  1. J'ai bien aimé mais déçu sur la fin, mais c'est du Musso. Enfin ça passe le temps, comme tous les romans de gare.

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas de la grande littérature mais en même temps ce n'est pas ce qu'on attend de Musso. Avec lui on veut juste passer un bon moment et pour ça il est parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait.
      Merci pour votre visite et votre commentaire.

      Supprimer

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.