#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

samedi 1 septembre 2012

Ressacs

Ressacs de Yann Dupont,  Editions Kirographaires

« Dire qu’ils sont le fruit du seul véritable amour de ma vie ! Malgré cela, je n’ai rien fait pour les revoir. […] Je ne voulais, ni ne pouvais faire irruption dans leur vie… J’ai le sentiment aujourd’hui qu’une partie de moi n’a jamais existé. […] Aujourd’hui, je suis vieux et malade. Les excès de ma vie. Un peu comme un lent suicide. […] Je sens les regrets me gagner. Les remords aussi. […] Je sais que je ne reverrai jamais mes enfants. »
Extrait du livre
 
Lorsque l’on est happé par une passion, le plus difficile est de trouver le juste dosage entre elle et tout le reste qui fonde notre vie. il arrive cependant qu’une passion prenne tant de place qu’on en oublie quelque peu, voire trop, ce qui est notre véritable quotidien, qu’on le fasse passer au second plan, involontairement ou par obsession. Car lorsqu’on est vraiment dévoré par la passion, chaque instant ailleurs est "presque" une perte de temps. On y pense et cette pensée est dévorante.

Alors, entre quotidien et passion, à défaut de trouver une juste mesure, certains prennent la décision d’abandonner le premier pour vivre le second pleinement.

C’est ce que va faire Louis. Mais, est-ce possible sans se retourner. Est-il possible de vivre sereinement sans culpabilité aucune ?

Il est de même évidence qu’on se croit parfois en sécurité dans la vie sous prétexte que l’on est marié, que l’on a une bonne situation professionnelle, que l’on est posé, néanmoins, nous en oublions parfois de regarder la personne qui partage notre vie ; notre moitié.

Les jours, les mois, les années passent en laissant libre tout l’espace pour que la platitude s’installe sans se faire remarquer. Puis, un jour, l’œil s’ouvre sur notre univers trop longtemps ignoré, montrant la vie hypocrite que nous menons.

Louis n’échappe donc pas à la règle et se voit projeté face à sa réalité lorsque sa femme se vide l’esprit et le cœur de toute sa peine emmagasinée : "Comme un coupable entend prononcer sa sentence, je sentis un poids énorme s’abattre sur mes épaules. […] La pauvreté de mon existence me sautait à la face".

Prenant en considération, dans un premier temps, les mots prononcés par sa femme, soudain un autre aspect se fait jour pour Louis ; sa condition personnelle. Il réalise que le bonheur ne peut se satisfaire de faire semblant et que vivre de convenances ou de situations d’arrangements peut encore moins se substituer, là aussi, au bonheur.

Puis, par un pur hasard, Jeanne, son premier amour, réapparaît dans sa vie. A ce moment, comme une évidence, tout bascule. C’est le début d’un changement radical pour Louis : fuite de la bourgeoisie encombrante, naissance de nouveaux et difficiles conflits, tout en étant enfin couronné par ce bonheur tant souhaité.

Mais, est-ce vraiment cela le bonheur ? Durant quelques temps peut-être ! Cependant, qu’est-ce quelques temps sur le fil de toute une vie ? Rien qu’une goutte d’eau dans l’océan !

Une fois encore, tout va s’écrouler pour l’entrejambe d’une secrétaire. Abandonnant, sans un regard, femme et enfants ; mais, le remords rattrape toujours le fautif à un moment ou à un autre ; pour certains parfois plus vite que pour d’autres. Louis sombre !

Tout au long de ces années, Louis aura fait les mauvais choix en cherchant ce qu’il croyait être son bonheur, alors que celui-là même il le possédait déjà sans savoir le regarder, le reconnaître.

Seulement, le plus grand des remords est celui qu’on ressent face à des actes qu’on n’a pas su réparer en temps opportuns : "Je connais l’issue de ma maladie… […] Le rire des enfants sur la plage. La pensée des miens me hante chaque jour davantage". Alors, arrivé au seuil de ce qui reste à vivre dans le vide, chercher réparation : "Si je n’ai pas eu le courage de leur dire au cours de ma vie, je ne veux pas partir sans qu’ils sachent. Ces quelques lignes comme une dernière volonté. Ce testament comme un acte de naissance".

Et lorsque les regrets prennent place, ils envahissent l’être de leur petite rengaine lancinante qui n’accorde que très rarement du répit : "Je m’éveillais terrorisé par le remords comme si le diable s’était penché sur mon lit".



Informations sur le livre :

Titres : Ressacs
Auteur : Yann DUPONT
Editions : Kirographaires
ISBN : 9782917680506
Prix : 17,95€
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire...
N'hésitez pas à vous abonner (en haut à gauche de la page) pour recevoir par mail les publications du blog.