#Roman "Camille, regarde devant toi !" à découvrir, ici !

mercredi 15 février 2012

Entretien avec Marc S.Masse
("Virage dangereux", Editions l'Harmattan)


Biographie :

Né dans la région lyonnaise, Marc Sylvain Masse, est diplômé de l’ICN business school. Il a passé de nombreuses années dans l’ingénierie, comme responsable de la négociation de grands contrats. Son métier l’a amené à voyager dans la plupart des continents. Il a vu ses équipes prises en otages au Nigéria, connu la guerre en Irak, rencontré des espions du KGB, sorti ses collaborateurs de prison. Sa vision de la géographie n’a rien de touristique.

Ayant travaillé dans des grands groupes comme au sein de PME, son parcours l’a fait passer du côté des exécutants à celui des responsables, lui permettant d’acquérir une profonde expérience de l’entreprise dénuée d’a priori comme de tabous.

Ses romans : « Virage Dangereux », « Travail au Noir »  sont des thrillers dont l’intrigue a pour cadre le monde de l’entreprise. Des œuvres de pure fiction… utilisant toutefois des matériaux récoltés au cours de sa carrière professionnelle. 

100% Auteurs : Comment un tel sujet vous est venu à l’esprit ?

Marc Masse : Il y a longtemps que le sujet me trottait dans la tête : le monde du travail est un remarquable terreau pour produire des intrigues.

100% Auteurs : L’écriture pour vous, est-ce un passe-temps, telle une occupation de loisir, ou une réelle passion ?

Marc Masse : Ca toujours été une passion, mais il a fallu des circonstances favorables, plus de temps surtout, pour pouvoir m’y adonner.

100% Auteurs : Les lecteurs aiment aussi découvrir leurs auteurs autrement qu’à travers leurs livres. D’où vous vient ce goût pour l’écriture ?

Marc Masse : A l’adolescence, on a en général dans sa tête établi une hiérarchie des métiers. En ce qui me concerne, question d’environnement familial peut-être, j’avais mis le métier d’écrivain en tête de la liste. Je me suis rapidement aperçu que ça ne fournissait pas d’emblée son pain quotidien. J’ai donc fait autre chose, en me promettant d’y revenir plus tard.

100% Auteurs : Finalement, que ce soit passion, plaisir ou loisir, que préférez-vous écrire ?

Marc Masse : Des livres que j’aimerai lire et que je prends plaisir à écrire. J’espère que le lecteur s’en rend compte, d’ailleurs c’est pour lui que j’écris en priorité.

100% Auteurs : Nombre d’auteurs ont des "petits trucs", des "petites manies", voire des addictions comme par exemple un café (ou thé) à portée de main, un stylo plutôt qu’un autre... Avez-vous également ce genre d’habitudes ?

Marc Masse : Je crois que j’aime bien avoir une tasse de thé à portée de la main, et souvent une bougie parfumée allumée. Pour le reste pas de préférence en matière de stylo, j’écris directement sur un pc.

 100% Auteurs : Même si ce n’est pas toujours le cas, il n’en reste pas moins que souvent les auteurs sont de grands adeptes de lecture. Donc, en termes de lecture, vers quel genre se porte votre préférence ?

Marc Masse : Je lis beaucoup les auteurs anglo-saxons : thrillers, nouvelles, espionnage mais aussi des ouvrages sur la compréhension de notre monde : essais, science, économie, sociologie…

100% Auteurs : J’ai souvent pour habitude de dire qu’on ne donne pas rendez-vous à l’inspiration, qu’elle est seule décisionnaire. Dans votre cas, est-elle innée ou au contraire avez-vous besoin de réflexion avant d’entamer un projet d’écriture ?

Marc Masse : Je crois qu’il y a un peu des deux : les idées d’intrigue sont là, parfois elles viennent toutes seules, parfois il faut leur consacrer un peu de réflexion pour qu’elles se concrétisent. Mais globalement les thèmes ne me manquent pas, c’est la sélection et la réalisation les plus ardues.

100% Auteurs : Suivant les uns et les autres, les méthodes de travail sont assez différentes. Avez-vous l’habitude d’établir un plan de travail ou écrivez-vous plutôt à l’instinct en suivant les pas que votre inspiration vous impose ?

Marc Masse : Ma façon d’écrire s’apparente, si on peut faire cette comparaison, à la sculpture. J’écris très vite l’histoire, sans  trop me soucier de la forme. Puis partant de cette ébauche : je taille, je découpe, j’affine, je lisse…

100% Auteurs : La question curieuse, s’il devait y en avoir une, serait la suivante. Y a-t-il des projets littéraires en cours ? (si oui) Acceptez-vous de nous en parler ?

Marc Masse : La réponse est facile. Mon deuxième roman « Travail au noir », est sorti en novembre dernier. Comme « Virage dangereux » c’est un thriller ayant pour toile de fond le monde de l’entreprise. Il est un peu plus marqué thriller que le premier. Le personnage principal est très différent. Pourquoi encore le monde de l’entreprise ? Parce que je crois que pour avoir une chance d’intéresser le lecteur il faut que le cadre soit crédible. Je préfère donc écrire sur ce que je connais, il y a des choses qu’on n’invente pas. Je travaille actuellement sur un troisième projet dont l’intrigue se déroule en Afrique.

100% Auteurs : Pour terminer, par rapport à votre vécu, comment ressentez-vous le parcours dans le milieu de l’édition actuel ?

Marc Masse : Comme beaucoup, je pense, j’ai d’abord écrit avant de connaître le milieu de l’édition. Ensuite on découvre que l’on ne vous attendait pas. Les éditeurs ont déjà leur écurie d’auteurs et trouvent moins risqué d’acheter les droits de livres ayant bien marché à l’étranger que d’investir sur un illustre inconnu. Produire un bon ouvrage est une condition nécessaire mais pas du tout suffisante. Après c’est une question de chance et de persévérance.

Propos recueillis par Marie BARRILLON

Virage dangereux

"Ils héritaient du triomphe sans avoir trempé dans la bataille, une situation propre à ravir n’importe quel homme de troupe."
"Je n’étais plus d’humeur à ce qu’on me plaigne, exercice à la portée de tout le monde, j’aurai tant voulu qu’on me sauve !"
"Inutile de fuir, le mal s’agrippe plus fort dès qu’il vous voit courir. On ne peut distancer le malheur quand il nous poursuit."
"Les minutes d’aujourd’hui n’ont plus la vivacité du bon temps d’autrefois, elles s’étirent, musardent, en prennent à leur aise, occupent deux fois plus de place, gaspillent, au lieu de compter avec application leur soixante secondes."

Extraits du livre


MR MURIEN

Lorsque de nouveaux et puissants actionnaires débarquent dans une entreprise, les choses ne sont pas toujours aussi roses qu’on pourrait le penser, ou même le souhaiter. Il y a les employés, dont certains restent dans l’ignorance, volontaire ou non, tandis que d’autres tentent désespérément de comprendre ce qui se passe avant d’en arriver à imaginer ce qui va se produire.

Tous à un moment donné s’interrogent, s’indignent ou s’inquiètent : "Nous préférerions nous sentir objet de convoitise, plutôt qu’outil obsolète dont on se débarrasse". Car, il est vrai que souvent dans de tels cas, il y a "ménage", et qui dit "ménage", dit : débarrassons-nous de ce que l’on ne veut pas, procédons à l’amputation de ce (ceux) qui dérange.

"Le plan social était l’occasion de se débarrasser d’un employé dévalorisé, inadapté, discrédité." C’est ce qui va arriver à Mr Murien, un matin où il ne s’y attendra pas. Mais, à bien y réfléchir, on ne s’attend jamais à ce genre de décision à notre encontre.
Seulement voilà, cela n’arrive pas qu’aux autres !

C’est donc dans ces conditions que Mr Murien verra sa situation se préciser : "La lettre de convocation annoncée, ils me l’ont remise en mains propres. Expression bien inappropriée pour une sale besogne", il va sans dire !
Pour cet homme, les cartes étaient donc déjà distribuées, à son insu, et bien sûr sans être à son avantage.

Il lui fallait donc à présent faire acte de présence en attendant le dernier jour comme on attend solitaire le dernier train dans une gare en rase campagne. Lorsque soudain Mr Murien est contacté par Yves Videl du service des enquêtes spéciales qui soupçonne "les dirigeants de manipuler les comptes pour dissimuler certaines pratiques frauduleuses", sans avoir les preuves nécessaires pour "justifier le déclenchement d’une procédure judiciaire".
Mr Murien ne sait pas vraiment comment réagir.

MACHINATION…

Tout ce qu’il pense à ce moment précis c’est comment il a pu penser et même croire, durant tant d’années, que cette entreprise était intègre, dirigeants et employés compris. Surtout en étant à un poste de la direction financière ! Il pensait à juste titre : "jamais je n’avais douté de la rigueur, ni de l’honnêteté de mes chefs.[…] Par définition les malhonnêtes cachent bien leur jeu."

Mr Murien met du temps avant d’accepter d’aider les SES. Sa nature d’honnête homme en est la principale cause dans la mesure où c’est lui qui devra pénétrer le système informatique pour recueillir les preuves nécessaires à leur enquête.

Que risque-t-il ? Rien s’il ne se fait pas prendre. Cela dit, rien n’est joué d’avance car les risques sont tout de même bien réels. Toujours est-il qu’il s’attèle à la tache dans cette action qui "semblait convenir à un agent du gouvernement en service commandé".
Mr Murien réussit "son coup" pour ensuite se sentir pris dans une drôle de machination. Comment va-t-il s’en sortir ?

Ce livre promet un bon suspense dans lequel on ne peut que se laisser emporter. La plume de l’auteur est également un véritable plaisir à parcourir. N’importe quel féru de suspense peut se laisse tenter sans regret.

Marie BARRILLON

Informations sur le livre :

Titre : Virage dangereux
Auteur : Marc S.Masse
Editions : L’Harmattan
ISBN 13 : 9782296108097
Prix : 22,00 €